35 heures, 10 ans après

Posté par bifaceb le 3 décembre 2011

 

J’ai toujours été un fervent partisan des 35 heures, conquête sociale dans la lignée de la journée de 8 heures, des 40 heures, des congés payés, etc…

L’argument de la compétitivité rendue impossible par cette réforme a été tellement mis en avant à chaque réforme par le patronat, la droite, et tellement démenti par l’histoire qu’il me semblait plus théorique que réel. D’autant que les lois 35h, en permettant une assez grande flexibilité de l’organisation du travail, ont permis d’améliorer l’efficacité des heures travaillées.

Les salariés ont travaillé moins longuement, mais plus intensément, en étant payés au moins autant qu’auparavant. Avec d’ailleurs, certaines conséquences négatives sur les populations fragiles, ou à se situant la marge : jeunes, vieux, personnes mal formées, ou indolentes, ou éloignées des contraintes de l’emploi…

Et la droite, en augmentant largement le contingent d’heures supplémentaires, a permis aux salariés de revenir aux 39h, qui est d’ailleurs la durée moyenne effective du travail en France des emplois à temps plein, et la durée moyenne, en incluant les temps partiels, situe la France dans la moyenne de l’OCDE. De fait, ainsi, pour les ouvriers, salariés, les 35h se traduisent moins par une diminution du temps de travail que par une meilleure rémunération, une majoration des heures sup. qui se déclenche plus tôt.

Pour les cadres, les 35h se sont traduites par des journées de congés supplémentaires, pas toujours utilisées immédiatement du fait des contraintes de l’activité, mais alors payées plus tard ou épargnées en Compte Epargne Temps.

D’une certaine manière, tout est revenu « comme avant » et cette réforme majeure des années Jospin, cette tentative pour, au-delà de la lutte conjoncturelle contre le chômage, continuer la baisse historique de la durée du travail permise par les gains de productivité, cette volonté pour, cette fois, « changer la vie », permettre d’aller vers un chemin de moindre croissance, en associant les conditions de travail chères à la gauche historique, et la modération de la consommation recherchée par les écologistes, cette réforme a, de ce point de vue, échoué.

Pourquoi ? D’abord, nous sommes restés isolés, il n’y pas eu de mouvement européen, occidental, mondial vers cette réduction du temps de travail, isolés dans le temps aussi puisque la droite revenue vite au pouvoir n’ a pas permis à la gauche d’approfondir, de faire évoluer son projet.

Aussi car le moment était mal choisi : l’arrivée à la retraite des baby-boomers, la dette publique accumulée, le chômage encore trop haut, la concurrence internationale limitaient par trop les marges de manœuvre pour réussir cette réforme.

Il faudra y revenir, et mieux préparer….

Notre vision des 35 heures:

D’abord, Travailler moins, enfin, Vivre mieux !

Pour cela, vouloir, savoir Consommer autrement,

Dès maintenant, Respecter notre environnement,

Et Préserver le temps, Profiter de tous les instants.

35 heures: Qualité de la vie, Equité des destins.

Laisser un commentaire

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem