Institutions et Hexamandat

Posté par bifaceb le 20 avril 2012

 

Nous avons eu longtemps le septennat, puis maintenant le quinquennat…

Essayons les 6 ans : le « sexennat », qui sonne mal,

Appelons le l’hexamandat.

 

Pourquoi 6 ?

Parce que c’est déjà une durée qui fonctionne déjà pour les maires, les sénateurs…

Car elle n’est ni trop longue : rappelons nous de ces fins de septennat qui nous paraissaient interminables, où tout un chacun attendait la suite…, ni trop courte, sinon nous semblons enchaîner les élections…

Et puis nous sommes un hexagone !

Et puis, dans le projet hexamandat, il y a bien d’autres choses qu’une durée, si symbolique soit-elle….
il y a une profonde réorganisation de nos institutions.

D’abord, afin d’avoir, dans l’esprit dela Véme, un Président « au dessus des partis », la notion d’un président traitant tous les français, et donc tous les partis politiques, qui en sont leurs représentants, de manière équivalente, devrait figurer dans la constitution. Plus de « petit déjeuner avec les élus de la majorité »…le gouvernement est la courroie de transmission responsable.

 

Ensuite, pour éviter toute tentation de partialité au moment de la campagne, pour limiter les effets de cour, de clan, pour ouvrir les fenêtres,  rajeunir, un président non rééligible. On doit pouvoir trouver un homme politique brillant tous les six ans en France : quant on pense à ceux qui ont manqué le coche, faute de « créneau dispo » Rocard hier, Fabius, Juppé ou peut-être de Villepin demain….

Et, pour ajouter une nouvelle idée, afin de donner un « président de tous les français », non lié à une majorité, obligé à afire des compromis, pourquoi ne pas permettre que le second tour se joue à trois, comme aux élections législatives, municipales…

Un président élu minoritaire devra s’appuyer su un vrai premier ministre et une vraie majorité avec des négociations, des compromis.
un truc à l’allemande, quoi !!

Et puis, un autre avantage des six ans pour le Président et le parlement, il est possible, à mi-mandat, au bout de 3 ans, d’effectuer une série d’élections sans enjeu national : municipales et cantonales/régionales…en rythmant ainsi la vie politique : élections nationales, scrutins à portée locale….

Des propositions j’en ai bien d’autres : réduire le nombre de parlementaires au nom de l’exemplarité et du fait qu’une partie de leurs compétences sont parties à Strasbourg ou dans les régions…300 députés, 200 sénateurs, 75 députés européens ,75 personnes élues au conseil économique et social, c’est une base de discussion. Et parmi les députés et sénateurs, 80% au scrutin « de circonscription » universel pour les députés, parmi les conseillers municipaux, cantonaux, régionaux, pour les sénateurs, 2/ 3 du reste  (soit 40 députés et 30 sénateurs) venant  « d’une dose de proportionnelle », et le reste (20 et 10), en innovation de démocratie participative,  « parlementaires citoyens » tirés au sort, pour une législature, parmi les conseillers municipaux …


Laisser un commentaire

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem