Algérie

Posté par bifaceb le 21 décembre 2012

 

Vraiment un peu court, ce discours présidentiel sur le passé de la France et de l’Algérie.

Trop court, me semble t-il, pour « tourner la page » des presque 200 dernières années.

 

J’aurai aimé que soient évoqués :

  1. Une relation méditerranéenne ancienne et polymorphe entre pays du Sud et du Nord
  2. Une Algérie dominée par les Turcs, au début du XIX eme
  3. Une Algérie longtemps origine de razzias en méditerranée, terre de pirates
  4. Une France attirée depuis Napoléon vers l’Egypte, la rive sud, que la Restauration voulait remettre dans une dynamique de succès, de victoires militaires.
  5. Une conquête de l’Algérie violente et sanglante, politique de la « terre brulée », dans la ligne des méthodes de l’époque pour soumettre une population
  6. Une présence française en Algérie basée sur la colonisation, c’est-à-dire l’inégalité entre colonisé et colon, un droit sur les ressources favorable au colonisateur
  7. En même temps, un apport technique de la métropole en matière d’agriculture, d’hygiène qui a conduit à une croissance démographique des indigènes, à une amélioration de leurs conditions de vie.
  8. Une situation de la nationalité, de l’intégration à la métropole jamais stabilisée, qui se dégrade au lendemain de la deuxième guerre mondiale, avec l’affaiblissement des puissances occidentales,  les aspirations indépendantistes des peuples colonisés, le sentiment d’avoir payé dans les combats le droit à une émancipation.
  9. Une répression « coloniale » des soulèvements (« pour un des nôtres tué, dix des vôtres périront »), un statut des personnes qui évolue trop lentement (droits de vote séparés), même si l’esprit de la Libération amenait vers plus de coopération dans la colonisation.
  10. Une guerre de libération menée par des Algériens pour faire partir les colonisateurs qui s’est apparentée à une guerre civile, féroce, marquée par des cruautés des deux côtés, qui a eu pour conséquence, après l’indépendance, le départ massif et difficile des français d’Algérie et des harkis.
  11. Une Algérie qui a eu comme « prise de guerre » la langue française, les investissements, des technologies, une France qui a fait venir de la main d’oeuvre, des familles algériennes, et donc des liens restés très importants entre les deux pays et les peuples.
  12. Un dialogue apaisé, reconnaissant toutes ces réalités en les précisant, qui a du mal à venir, qui reste tributaire d’une analyse du passé à partager.

Laisser un commentaire

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem