EducNat

Posté par bifaceb le 24 mai 2013

 

Le rapport de la Cour des Comptes sur l’Education nationale fait parler de lui.

Normal, c’est un sujet sensible et qui nous touche presque tous.

Je n’ai pas tout lu, bien sûr, seulement quelques extraits parus dans la presse internet.

Beaucoup de choses connues, banales comme le poids des options, la nécessité de la double spécialité…

Beaucoup de remarques anecdotiques reprises par la presse,  c’est fait pour cela.

Pour ma part, je retiens deux points, pour l’instant du moins, deux points très différents.

Des obligations différentes pour les certifiés et les agrégés.

Je n’ai jamais compris comment un concours peut permettre de travailler moins, en étant mieux payé, pour faire la même chose.

J’ai l’impression que c’est unique dans la fonction publique.

Pourquoi cette situation a t elle perduré ? du fait du prestige du Savoir, de ce concours élitiste de l’agreg,

ou peut-être à cause du lobby des agrégés, représentés par une société bien écoutée…

L’affectation des plus anciens dans les « meilleurs postes »,
et non dans les postes où ils seraient les plus nécessaires.

Ce système  paraît bizarre, incohérent, est mal compris.

C’est pourtant la règle générale du code du travail : dans une entreprise les postes à pourvoir sont d’abord proposés aux salariés en activité qui en ont les compétences. Sinon, ce serait la révolution : celui qui a accepté un lieu, un horaire peu pratique verrait mal un nouveau venu « moins compétent que lui » prendre le poste de son métier qu’il vise.
D’ailleurs, au delà de l’entreprise,  le tropisme des plus anciens, expérimentés, vers les postes les plus recherchés, agréables,
est patent, cf la répartition des médecins par exemple, et la proposition de diriger les débutants vers les déserts médicaux.

A l’ Education Nationale, comme dans la police, la justice, les autres grands services publics nationaux, l’entreprise, c’est l’ensemble des établissements, et je ne suis pas certain qu’on sache différencier une compétence ZEP : les plus anciens choisissent et occupent les postes les plus agréables. Difficile de l’éviter sauf à motiver par des promotions, une implication personnelle, ou des rémunérations : donner une prime aux plus anciens, les mieux payés, pour qu’ils aillent travailler dans les postes les moins demandés… pas évident. Par ailleurs, je ne suis pas certain que dans les établissements les plus difficiles, une équipe d’anciens, un team « cheveux blancs » soit le mieux adapté. Si l’idée est qu’il faut les meilleurs des 30/50 ans dans ces postes difficiles, cela pose le problème de l’affectation des « autres » et des compétences nécessaires dans des établissements « normaux ». Sur cet aspect on aurait aimé avoir des pistes de solution, de la part de la cour, des expériences internationales réussies.

Mais je reprendrai quand j’aurai un peu de temps la lecture du rapport de la cour…et mes commentaires éventuels.

 

Publié dans économie politique société démographie | Pas de Commentaire »

des expériences toujours d’actualité

Posté par bifaceb le 23 mai 2013

 

Nous connaissons tous les expériences de psychologie sociale de Stanley Milgram sur l’obéissance à l’autorité

des expériences toujours d'actualité dans économie politique société démographie milgram-experiece-

et celle de Stanford sur l’appropriation des rôles, qui substitue  la docilité à l’autorité et montre le zèle dans les rôles assignés.

J’y repensais à trois occasions ces derniers jours:

- bien sûr à l’occasion du film sur hannah arendt dont la vision du procès d’Adolf Eichmann a inspiré l’expérience de Milgram.

- mais aussi en entendant à la radio un collaborateur de Jacques Demy, parlant du tournage à Nantes de « Une chambre en ville » racontant que les figurants CRS avaient tellement pris à cœur leur rôle lors du premier jour de tournage qu’il y avait eu des blessés et que Jacques Demy avait, le deuxième jour, échangé les figurants CRS et manifestants, avec, ici aussi, des CRS trop zélés (peut-être des comptes à régler !).  c’était une interview dans une émission de divertissement qui concluait que le troisième jour, il avait mélangé ses figurants, pour que cela se passe mieux, sans que l’analyse soit poussée plus loin.

chambre-en-ville dans misc

 

- j’y pensais aussi en lisant (sur lemonde.fr) des parties de compte rendu sur le procès PIP où non seulement le patron connaissait la tricherie, mais aussi ceux qui la réalisaient, ouvriers et cadres, qui se sont tus. Les ouvriers  dans une entreprise « classique » sont considérés comme des exécutants qui n’ont pas à donner leur avis sur leur activité, et craignent la mise à la porte, mais les cadres : le Directeur Financier, qui savait, et la Directrice de la Qualité, ainsi défendue au procès:  » Au nom de celle qui s’est entendu dire par le procureur, mardi 14 mai : « Comment peut-on se regarder chaque matin dans la glace quand on fait le contraire de ce pourquoi on a été formé », son avocat répond : « Si j’étais entré dans cette société à 22 ans, comme YY, si j’avais été formé ou plutôt déformé au sein de la maison PIP, de quoi aurais-été capable ? De démissionner ? De dénoncer mon employeur ? Si je vous pose cette question, vous répondez quoi ? – ’Bien sûr ?’ Moi, je réponds seulement : – ‘J’espère’ ». Evoquant encore « la terrible normalité de l’anormalité de la société PIP », Me Boudot ajoute : « C’est tellement facile de ne pas respecter la règle quand on le fait tous ensemble. Et c’est si difficile d’être seul à la respecter. »

 

Et puis, mais cela n’a rien à voir, cette intéressante remise en perspective de la fameuse expérience du marshmallow.

l’expérience initiale, amusante à regarder, et son interprétation « classique »

 www.ted.com  posada marshmallow

http://www.youtube.com/watch?v=M0yhHKWUa0g

l’expérience « revisitée » qui nous interpelle en tant que parents, citoyens, acteurs économiques, politiques…

http://www.slate.com/blogs/xx_factor/2012/10/16/the_marshmallow_study_revisited_kids_will_delay_gratifcation_if_they_trust.html

sourire-enfants

en bonus, découverte sur internet, la version « do it yourself »

http://www.wikihow.com/Give-the-Marshmallow-Test

 

 

 

 

 

Publié dans économie politique société démographie, misc | Pas de Commentaire »

iberie

Posté par bifaceb le 16 mai 2013

 

Quelques jours en Espagne, sur la Costa Blanca

j’apprécie ce pays, sa langue, ses habitant(e)s…

je ne suis pas le seul, au vu du nombre de retraités britanniques qui semblent apprécier la douceur d’y vivre,
et sans  doute aussi la modération des prix.

par certains, beaucoup de côtés, on a l’impression d’être très proche de notre mode de vie,
aux horaires adaptés à la sieste près, bien sûr.

L’administration y semble encore plus bourreau-cratique, pardon bureaucratique qu’ailleurs…

La quête du NIE  (Numero Identification de Extranjeros), indispensable au moindre papier de résidant (un abonnement par exemple)
en est un bon exemple : il faut faire la queue le vendredi pour prendre un RV la semaine suivante, le téléphone ou internet étant ignorés.
La bonne humeur est nettement moins de mise dans ce lieu paperassier que dans des  places, plages, touristiques.

Il y a une Espagne qui, depuis des siècles, trime dur, vit durement,

qui nous rappelle que ce peuple est aussi fier, fort.

 

 

Publié dans perso | Pas de Commentaire »

citoyens électeurs

Posté par bifaceb le 6 mai 2013

 

 

Au lendemain de son rassemblement parisien, Jean-Luc Mélenchon et  le secrétaire national du Parti de gauche, François Delapierre se sont félicités de la mobilisation de dimanche et ont adressé une piqûre de rappel au Parti socialiste:  « Les députés socialistes aujourd’hui ont tous été élus par les électeurs de Jean-Luc Mélenchon ».

Cette formule est ambigue, voire abusive, M. X, Mme Y, qui ont voté au 1 er tour pour JLM, puis au second pour FH, ne se définissent pas comme « des électeurs de JLM », comme si c’était là leur lien au scrutin, à la politique. Je dirais personnellement : les citoyens qui ont voté JLM au premier tour ont largement  voté FH au second. Ou, si l’on veut être plus précis: « sans l’apport des français, des citoyens qui avaient voté JLM au premier tour, FH n’aurait pu être élu ».

Ce sont les citoyens électeurs qui font leurs choix, mais ils ne se définissent pas par leur lien au candidat, ce ne sont pas des groupies !

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem