Des bus par milliers

Posté par bifaceb le 17 octobre 2014

 

La seule mesure concrète annoncée par notre nouveau ministre de l’économie dans sa conférence de presse sur sa loi sur l’activité est la libéralisation du secteur du transport intervilles en car. Bon, cela ne semble pas vraiment à la hauteur des défis, même s’il annonce dix mille emplois à créer.

 

J’y vois pour ma part plusieurs inconvénients.

- D’abord l’aspect écologique et environnemental. Il paraît que les « nouveaux autocars » ne polluent plus, sont sobres, sans particule, etc… Je demande à voir tant l’expérience me montre que, pour convaincre, on s’accommode parfois d’un bon biais avec la réalité.
et, malgré tout, on reste dans l’accroissement de la consommation d’énergies fossiles !
en tout cas, cela signifie plus de bus sur les autoroutes, les routes, dans les villes, …
Où seront les gares routières ? quand on voit celle de la porte de Bagnolet, à Paris,
on peut être inquiet. Et il faudra investir pour les construire…

- Dix mille emplois, mais où va-t-on trouver ces chauffeurs ? Le métier de conducteur de poids lourd peinait déjà à recruter en France et le transport en commun de personnes exige un mode de vie, une hygiène de vie, qui peuvent en dissuader plus d’un. Faudra t il parler français pour être chauffeur d’un bus de transport de passagers ?
Je pense que nous allons avoir de nouveaux chauffeurs très internationaux.

-Ces autocars paieront-ils via les taxes à l’essieu ou la TIPP, des taxes municipales, leur contribution à l’investissement et l’amortissement du réseau routier qu’ils utiliseront ?

- Là où les infrastructures ferroviaires existent, sont opérationnelles, ne peut-on vraiment pas faire circuler des trains « low cost», avec un niveau de confort aligné sur celui des bus ?

- Le covoiturage se développe : mieux exploiter les flux circulant faiblement remplis sur le territoire, en faire une activité économique « normale », en matière de fiscalité et d’impôts, développer plusieurs offres de covoiturage, voilà qui me semble plus porteur qu’ajouter des bus sur nos routes et dans nos villes.

Mais évidemment, ces deux solutions : plus de train et de covoiturage ne correspondent pas au schéma voulu par la commission : il faut des compagnies capitalistes sur ce marché du transport, et non des entreprises publiques, ou de l’économie du partage. Le profit est à ce prix !

 

Laisser un commentaire

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem