ten years after…

Posté par bifaceb le 29 mai 2015

 

Le 29 mai 2005, le résultat du vote sur la ratification du TCE était clair : 55 % des français votaient non.
Ils étaient contre, contre quoi ?

- contre le TCE, quatre cents pages illisibles, truffées de principes très libéraux, de mécanismes incompréhensibles,
sans vision,  sans souffle, sans projet qui suscite l’envie, l’intérêt.

- contre une Europe qui paraissait de plus en plus complexe, bureaucratique, déconnectée de la vie des peuples européens, du peuple paneuropéen.

-contre une pression  unanime des « sachant », partout dans les médias, politiques et journalistes, arrogants, suffisants,
qui traitaient avec mépris les partisans du non, les hésitants…*

On connaît la suite, le « non » néerlandais aussitôt après, la sidération des Européens et de Jacques Chirac,
le triomphe  des « nonistes » incapables de proposer, d’avancer, l’immobilisme de tous …

On connaît la suite, le TCE bis, un peu amélioré sur la forme négocié par Nicolas Sarkozy, voté par les Assemblées,
l’impression d’être floué de ceux qui ont répondu non, la cicatrice toujours présente…

Mais, au fait qu’a changé ce TCE bis ?
Rien, ou presque, l’Europe est toujours aussi bureaucratique et peu efficace…
Il n’y aurait pas eu de TCE bis, quelles différences ?
Bien malin qui, ouiste ou noniste, saurait répondre à cette question !

Ainsi, ce vote, ce référendum ont durablement fracturé la société pour un débat embourbé et un résultat dépassé !
On voit là les limites du référendum !

Aujourd’hui, la Grande Bretagne veut renégocier ses conditions d’adhésion,
c’est
peut-être un autre moyen de faire progresser la construction européenne :

une « avant garde d’intégration européenne » construite autour des pays euro-schengen**,
qui veulent rapprocher lois fiscales et sociales, les systèmes éducatifs, législatifs…

et les autres qui, tels la Suisse ou la Norvège aujourd’hui, la Grande Bretagne et d’autres demain,
participent « en négociations bilatérales »au mouvement de libération des mouvements de personnes et des échanges de biens.

 

* unanimisme et pression qu’on a revue récemment lors du débat « mariage pour tous »,
la classe médiatique ne voulait voir qu’un seule position sans opposition.

** on  ignore souvent, qui est  à la fois parmi les 19″ euro », et les 22 « Schengen » membres de l’union européenne :

les six initiaux : Italie, France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Hollande
un pays du centre européen : l’Autriche
quatre pays du Sud: Espagne, Portugal, Grèce, Malte
les trois pays  baltes : Lettonie, Lituanie, Estonie
un pays nordique : la Finlande
deux « pays de l’Est » : Slovaquie et Slovénie

soit 17 pays.

l’Irlande et Chypre sont Euro sans être Schengen.

d’autres pays sont Schengen sans être euro, y compris des pays non membres de l’Union Européenne.

 

 

Publié dans économie politique société démographie | Pas de Commentaire »

draghi peu varie

Posté par bifaceb le 22 mai 2015

 

 

Déclaration du jour, mai 2015 Mario Draghi, après s’être autofélicité de son action :

 

La reprise permet le lancement de réformes structurelles notamment contre le chômage, plaide Draghi.

 

En aout 2014, le même Draghi :

Alors que la croissance s’évapore dans la zone euro sur fond de baisse des prix, la Banque centrale européenne n’a pas l’intention de baisser la garde, bien au contraire.  Mario Draghi a indiqué que la BCE, qui soutient déjà l’économie européenne à bout de bras, était prête à faire davantage en cas de besoin. Pour autant, le patron de la BCE a clairement mis les pays européens face à leurs responsabilités. «Aucun accommodement budgétaire ou monétaire ne peut compenser les réformes structurelles nécessaires dans la zone euro», a-t-il martelé, en précisant que «les mesures structurelles nationales (…) ne peuvent plus être reportées. Cet agenda de réformes couvre le marché du travail, les marchés de produits, ainsi que les actions de soutien à l’environnement des affaires», a-t-il précisé.

 

En 2012

Mario Draghi veut relancer la croissance européenne par des réformes structurelles

L’appel du président de la BCE pour la rédaction d’un « pacte de croissance » européen prend acte de l’échec de la rigueur généralisée.

 

et toujours en 2012, en réponse au wall Street Journal, la mort du modèle social européen……

WSJ. : Quelles sont, selon vous les réformes structurelles les plus importantes?

M.D. : En Europe ce sont d’abord les réformes des marchés des produits et des services. Et la seconde est la réforme du marché du travail qui prend des formes différentes selon les pays. Dans certains d’entre eux il faut rendre les marchés du travail plus flexibles également plus équitables que ce qu’ils ne le sont aujourd’hui. Dans ces pays, il existe un double marché du travail : très souple pour la partie jeune de la population, où les contrats de travail sont de trois mois, six mois, des contrats qui peuvent être renouvelés pendant des années. Le même marché du travail est très rigide pour la partie protégée de la population, où les salaires suivent l’ancienneté plutôt que la productivité. Dans un sens, les marchés du travail à l’heure actuelle sont injustes dans un tel contexte, car ils mettent tout le poids de la flexibilité sur la partie jeune de la population.

WSJ. : Pensez-vous que l’Europe va devenir moins sociale que le modèle qui l’a définie?

M.D. : Le modèle social européen est déjà mort, quand nous voyons les taux de chômage des jeunes qui prévalent dans certains pays. Ces réformes sont nécessaires pour accroître l’emploi, l’emploi des jeunes en particulier, et donc les dépenses et la consommation.

WSJ. : L’emploi à vie …

M.D. : Vous savez qu’il y a eu une époque où (l’économiste) Rudi Dornbusch avait coutume de dire que les Européens étaient si riches qu’ils pouvaient se permettre de payer tout le monde pour ne pas travailler. Ce temps est révolu.

Cette absurdité ne me donne pas envie de faire la connaissance de R Dornbush.

2013 nous manquait , voici un appel aux réforme structurelles lancé depuis Davos,
avec une belle erreur de prévision conjoncturelle en prime :
25.01.2013, 13:00 – Monde Actualiser
Actualisé le 25.01.13, 13:03

Draghi estime que la reprise sera pour la seconde moitié de 2013

Le Président de la banque centrale européenne arrive au 43e Forum économique mondiale.

Mario Draghi a déclaré vendredi à Davos que la reprise économique de la zone euro interviendrait à la mi-2013.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a dit vendredi à Davos (GR) que la reprise économique devrait intervenir pour la seconde moitié de l’année.

Avant l’été, la proposition d’un mécanisme de résolution unique des crises bancaires de la zone euro sera l’un des éléments importants.

Cette année sera celle de la « mise en oeuvre » des mesures prises en 2012 pour la relance de l’euro, a souligné au Forum économique mondial (WEF) M. Draghi. Et de la reprise en seconde partie d’année. Le président de la BCE a évoqué des « contagions positives sur les marchés financiers mais nous n’en avons pas encore vu la transmission dans l’économie réelle ».
Parmi les éléments nouveaux attendus, il a rappelé l’annonce récente d’un mécanisme unique de résolution unique en cas de faillite de banques. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso doit faire des propositions d’ici l’été prochain.
Le mécanisme de surveillance unique des banques est en préparation et devrait être mis en oeuvre en 2014. Ce processus demandera la coopération des banques centrales nationales.
Appel aux réformes structurelles
Pour la zone euro, l’objectif est maintenant de « dépasser la fragmentation » et revenir à des marchés financiers et de capitaux « pleinement intégrés ».
Il appelle à des réformes structurelles, à des conditions fiscales adaptées et à une action immédiate pour contenir les effets de la consolidation budgétaire qui doit être poursuivie. Des mesures qui doivent permettre de renforcer la compétitivité.

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

bidons … bidon ?

Posté par bifaceb le 8 mai 2015

 Le premier carburant non polluant

à base d’eau et d’air, et de CO² ?

 

on en est aux premiers litres, mais c’est génial si ça marche. où il y a un effet collatéral non décrit !

je me suis toujours demandé s’il n’était pas possible de récupérer le dioxyde de carbone produit en combustion

pour le recycler en carburant !

etron

Et si le diesel de demain était écologique ? C’est le pari que souhaite relever la firme automobile Audi qui met a mis point un e-carburant totalement innovant.

Propre, respectueux de l’environnement et synthétique, le diesel sur lequel travaille actuellement le constructeur allemand Audi promet d’être révolutionnaire. Créé à base d’énergies renouvelables, ce combustible se compose notamment de CO2 et d’eau pour offrir une alternative très intéressante aux carburants dits « fossiles ».

Un liquide de synthèse comparable au pétrole brut

Soucieux de la trace qu’il peut laisser auprès de l’environnement, le constructeur Audi a choisi d’investir depuis maintenant des années dans la production de carburants propres. En partenariat avec l’entreprise Sunfire, Audi vient de mettre au point une nouvelle source de carburant entièrement synthétique appelée “Blue Crude”.

Le constructeur utilise pour cela un procédé d’électrolyse à haute température (800°C) qu’il mélange ensuite avec du dioxyde de carbone (CO²) récupéré dans l’air ambiant. De ce mariage entre le monoxyde de carbone, l’hydrogène et l’eau, est créé un liquide énergétique, le « Blue Crude », comparable au pétrole brut, sans toutefois comporter ses désavantages polluants.

Un diesel moins cher à la pompe

Non content de savoir produire un e-diesel plus écologique, Audi promet aussi que ce dernier sera bien moins cher que l’actuel diesel que l’on trouve aux pompes à essence. Actuellement en cours d’essai, le « Blue Crude » a déjà été testé sur une Audi A8 TDI. Dans les prochains mois, le constructeur allemand a pour objectif d’en produire plusieurs milliers de litres.

Publié dans sciences, tech | Pas de Commentaire »

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem