expatriés, rapatriés, réfugiés, réalités

Posté par bifaceb le 7 décembre 2015

 

La différence de terme renvoie bien à des réalités différentes :

- les rapatriés d’Afrique du Nord en 61-62 avaient des attaches en métropole, de la famille,
des qualifications qui ont permis leur intégration dans l’économie,
le tout dans le contexte de croissance des trente glorieuses

- les expatriés vont dans un pays pour y exporter leur savoir faire, leurs capitaux,
pour lesquels le pays d’accueil est demandeur.

Ils sont en général peu nombreux, ont un pouvoir d’achat qui intéresse le commerce local,
et ont pour projet, en général, de repartir du pays, au pays au bout de quelques années,
ce qui n’empêche pas quelques tensions avec les « locaux »

- les réfugiés arrivent dans le pays qu’ils ont plus ou moins choisi démunis,
avec des qualifications, une langue souvent inadaptées, une culture différente
Leur insertion dans la société est plus longue, difficile, couteuse,
sans emmener le débat vers l’intégration vs assimilation.

Tant que les défenseurs des migrants confondront volontairement ces termes,
le débat véritable ne commencera pas.

Laisser un commentaire

 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem