• Accueil
  • > économie politique société démographie

joyeux Noël

Posté par bifaceb le 24 décembre 2015

 

Noël doit être une fête, une rencontre familiale joyeuse autant que possible,  même en cette année si difficile.

Cette semaine, au hasard du zapping télé, je suis tombé  sur un reportage sur le marché de Noël à Strasbourg :
profusion, consommation, joie de vivre

et, durant la même heure,

les travaux des champs en Haïti, le pays le plus pauvre d’Amérique Latine, dureté de la vie, fatigue, …

Comment accepter,  une telle différence, et surtout, comment la combattre ?

Voilà un bon sujet de réflexion en ce jour.

Publié dans économie politique société démographie | Pas de Commentaire »

expatriés, rapatriés, réfugiés, réalités

Posté par bifaceb le 7 décembre 2015

 

La différence de terme renvoie bien à des réalités différentes :

- les rapatriés d’Afrique du Nord en 61-62 avaient des attaches en métropole, de la famille,
des qualifications qui ont permis leur intégration dans l’économie,
le tout dans le contexte de croissance des trente glorieuses

- les expatriés vont dans un pays pour y exporter leur savoir faire, leurs capitaux,
pour lesquels le pays d’accueil est demandeur.

Ils sont en général peu nombreux, ont un pouvoir d’achat qui intéresse le commerce local,
et ont pour projet, en général, de repartir du pays, au pays au bout de quelques années,
ce qui n’empêche pas quelques tensions avec les « locaux »

- les réfugiés arrivent dans le pays qu’ils ont plus ou moins choisi démunis,
avec des qualifications, une langue souvent inadaptées, une culture différente
Leur insertion dans la société est plus longue, difficile, couteuse,
sans emmener le débat vers l’intégration vs assimilation.

Tant que les défenseurs des migrants confondront volontairement ces termes,
le débat véritable ne commencera pas.

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

l’arroseur arrosé

Posté par bifaceb le 3 décembre 2015

 

Sage décision de justice qui a condamné aujourd’hui BT à rembourser les centaines de millions touchés.

Lui qui a toujours acheté à bas prix, « redressé », c’est à dire rentabilisé en force les boîtes,
et bâti là dessus une belle fortune,

était mécontent qu’ « on », sa banque de l’époque, lui applique cette même posologie :

« vous êtes en difficulté : je vous achète vos actifs à bas prix,
je mets le paquet pour restructurer et licencier,
je revends dès que possible en empochant les gains,
en oubliant, autant que possible, toutes mes promesses… »

Il s’en veut d’avoir été faible, naïf, d’avoir trouvé meilleur que lui à ce jeu.

 Car :

« tel est pris qui croyait prendre », sagesse populaire,

« à malin, malin et demi », sagesse populaire bis,

« qui sème le vent récolte la tempête », proverbe républicain,

 » celui qui a tiré l’épée périra par l’épée », maxime biblique !

 

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

hors sol et solaire

Posté par bifaceb le 21 novembre 2015

 

Ces deux mots aux consonances quasiment inversées sont apparus durant les dernières semaines dans nos médias :

 

- hors sol, pour désigner un technocrate éloigné des réalités situé à Bruxelles, à Washington, Londres, Berlin ou même Paris,
qui n’a pas idée de ce que vivent les français, un peu trop international, cosmopolite et interlope aurait on dit il y a 80 ans.

- solaire, à l’inverse, pour admirer quelqu’un à la personnalité rayonnante, une belle personne qui attire autour de lui.

Il y en avait parmi les victimes de vendredi 13.

 

Publié dans culture, économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

la haine, la guerre ?

Posté par bifaceb le 16 novembre 2015

 

Ces jours sont tragiques, la barbarie de djihadistes, fanatiques islamistes,
a tué et blessé par dizaines des innocents qui profitaient du vendredi soir
pour boire, dîner en terrasse, écouter de la musique, assister à un match de foot,
s
e promener dans les rues de Paris.

Ils voulaient donner la mort à des gens bien sûr innocents,  des anonymes,
des parisiens, ou non, qui ce soir là,  étaient sortis de chez eux pour profiter de la vie.

Ils visaient le loisir, le plaisir, des sujets qui leur déplaisent au quotidien,

mais aussi ils visaient plus haut, notre devise : liberté, égalité, fraternité,
et peut-être plus spécifiquement, humanité, chrétienté, laïcité,
ces valeurs qui fondent aussi notre vivre ensemble.

La volonté de faire mal, la haine les ont conduit durant ce projet.

D’où vient cette haine ? des conditions matérielles pas brillantes, mais pas non plus misérables ?
D’une éducation depuis l’enfance dans la haine des français, des chrétiens, des « mécréants »?
Pour certains, comme Merah sans doute, même une partie de la fratrie a échappé à cette éducation,
mais pas pour tous, issus pour parie de familles très classiques,
d’une envie d’aventures pour les garçons, d’utilité pour les filles ?
de « lavages de cerveau » via les mosquées salafistes et/ou Internet ?

Rien ne semble suffisant à créer ces comportements, et pourtant …

Sur le net, se développe un débat pour savoir si ce qui était visé était notre hédonisme, ou nos valeurs ?
notre ambition « droit de l’hommiste », notre laïcité,  notre chrétienté, notre liberté ?

En caricaturant, devons nous réagir par des soirées bistrot en terrasse, baguette, beaujolais et camembert,
ou par un projet pour notre société, une vision à moyen terme, une perspective, une transcendance ?

 

Ils ont utilisé des armes de guerre, et veulent nous faire la guerre
sans que les buts de ce conflit, de cette guerre soient bien clairs.

Mais, de notre coté, je ne pense pas que nous soyons en guerre,

nous sommes dans un combat très dur contre des terroristes,

un combat qui implique d’abord la Police, la Justice, les Services de Renseignement.

La guerre, c’est autre chose, comme le rappellent ceux qui l’ont vécue hier,

comme le disent les reporters de terrain, ou les militaires,
le danger y est omniprésent, la police impuissante, les services de l’Etat débordés,

et les victimes, les victimes …

————————————-

 

22 août 1914: le jour le plus meurtrier de l’histoire de l’armée française

Publié le 22-08-2014 à 10h57Mis à jour le 24-08-2014 à 10h17

 

Paris (AFP) – Avec 27.000 soldats français tués par la mitraille allemande, le 22 août 1914 fut la journée la plus sanglante de l’histoire de France. Moins de trois semaines après le début du conflit, cette hécatombe balaie les illusions d’une supériorité française sur l’envahisseur allemand.

 

27.000 morts sur 400 km de front, de la Belgique à la Lorraine, et pratiquement aucune trace dans la mémoire collective. Une tragédie « oubliée », pour occulter les graves lacunes de l’état-major français et une stratégie offensive irresponsable qui poussa les hommes à l’abattoir.

 

Durant les cinq journées tragiques du 20 au 25 août au cours desquelles se joue « la bataille des frontières » perdue par la France, 40.000 soldats français perdront la vie, déchiquetés par la mitraille de l’artillerie ennemie, selon les estimations établies à partir des soldats manquant à l’appel. Mais le 22 août fut à ce point sanglant qu’avec une dizaine de milliers de morts côté allemand, l’état-major du Kaiser se demanda en fin de journée s’il était bien vainqueur, tant les pertes paraissaient incroyables.

 

27.000 morts et disparus en un seul jour, dont environ 7.000 pour la seule bataille qui se déroula autour du village belge de Rossignol: c’est autant de soldats français tués en un jour que durant toute la guerre d’Algérie de 1954 à 1962.

 

Et sept fois plus que tous les morts alliés du « Jour-J », le débarquement en Normandie le 6 juin 1944.

 

Un siècle plus tôt, 6.800 soldats français et autant d’Allemands étaient tombés en juin 1815 à Waterloo, jusqu’alors l’une des batailles les plus meurtrières de l’histoire de France.

Publié dans économie politique société démographie | Pas de Commentaire »

coup-franc raté

Posté par bifaceb le 19 octobre 2015

L’interview de Michel Platini censé se défendre en donnant en toute franchise sa version des faits

et très cruelle pour lui.

Il apparaît d’une immense légèreté et d’une grande rapacité :

il évoque » un million de francs suisses par an » négociés, comme cela, sans contrat,

même pas un « papier de coin de table », à défaut d’un document comptable,

ensuite il se trompe entre 300 000 et 500 000 euros, comme cela,

d’ailleurs on ne comprend rien à ces décomptes tels qu’il les dit rapidement.

Il pense améliorer sa défense en disant qu’il ne comprend rien aux factures et aux comptes,

ce que confirme madame, dans leur bel appartement en Suisse,

mais qui voudrait d’un président de la FIFA si léger, imprudent,

assez intéressé pour ne pas oublier, neuf ans après, de faire parvenir une facture à la FIFA,

atteint de phobie administrative comme un Thévenoud,

ou de volonté de se constituer vite et sans effort un beau patrimoine comme un Cahuzac?

 

Publié dans économie politique société démographie | Pas de Commentaire »

ma cassette !

Posté par bifaceb le 7 octobre 2015

avare cassette

oui, cela c’était avant !

 

 

et maintenant :

 

Dans  cette photo largement diffusée, commentée

DRH Air France tablette

je remarque la tablette que le DRH serre contre lui.

peut-être était ce un enjeu de cette violence:
les données de la tablette !!

DRH Air France cloture

là, il ne semble plus l’avoir,

l’ a t il donnée à quelqu’un pour la mettre en sécurité ?

La cassette date d’avant le XIX eme,
la mallette était l’accessoire du cadre du XX eme,
la tablette sera notre compagnon du XXI eme !

 

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | 1 Commentaire »

rsa, local ou européen ?

Posté par bifaceb le 30 septembre 2015

 

Plusieurs départements ont du mal à payer le RSA « socle », charge qui leur incombe suivant la loi,
dans le cadre de décentralisation de l’ »action sociale » (lois de 1983, 2003, 2008).

L’idée est que le département peut, mieux que d’autres,
gérer « au plus près » les difficultés d’insertion, faire le lien  entre aide sociale et recherche d’un travail.
et éventuellement radier un bénéficiaire indu, même s’il n’en maitrise ni les critères ni les montants.

L’expérience montre que cela fonctionne mal, que le RSA « socle »est largement une aide
payée sans lien avec l’activité, et que les départements « pauvres », qui ont moins d’activité économique,ne peuvent pas payer. Ces départements demandent une renationalisation du RSA.

J’en suis d’autant plus partisan que je n’avais jamais compris cette décentralisation:
pour être solidaire, il faut des transferts des régions les moins touchées par la crise
vers celles le plus en difficulté.

Je serais même favorable à un élargissement progressif du RSA dans le cadre de l’intégration
économique européenne, de la mise en place de l’Europe sociale, avec, par exemple,
un élargissement rapide à l’Allemagne, au Benelux, avec des règles à négocier,
éventuellement  à ajuster.

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

russie en syrie

Posté par bifaceb le 30 septembre 2015

 

Un point que je n’avais pas compris, que j’ai entendu récemment sur les ondes,

est que l’alliance Russie-Syrie est basée sur une raison géostratégique,

qui va bien au delà du soutien à un régime ami, de le la crainte du pouvoir pris par la rue, le peuple,

la Russie dispose en Syrie, à Tartous surtout, à Lattaquié aussi,
de ses deux seuls ports amis sûrs, fidèles, en Méditerranée.
et Tartous abrite une grande base navale russe.

Quand on connait l’importance de l’accès aux « mers chaudes »  pour la Russie,
qui n’a pas été facilité par le conflit avec l’Ukraine,

je comprends mieux que la Russie puisse implicitement se satisfaire d’une partition de fait de la Syrie,laissant une zone de combat avec Daech à l’Est, dans les déserts syro-irakiens,
mais préservant un pays sur et ami sur une bande côtière de la largeur du Liban ou d’Israel !

ce qui ne fait pas l’affaire de ceux, en Occident, qui veulent éliminer les deux barbaries.

russie en syrie dans économie politique société démographie la-syrie-en-crise

 

 

Publié dans économie politique société démographie | Pas de Commentaire »

inégalités en baisse

Posté par bifaceb le 22 septembre 2015

Pour une fois que j’étais d’accord avec un article du Monde, qui reprenait sans biais , sans arrangement avec les réalités, me semble t il, la publication de l’INSEE* , le titre au moins est malvenu, je ne vois pas où est le contraste.
Le mot est juste là, à mon sens, pour affaiblir la portée du titre et relativiser le  contenu de l’article !

pourtant, les chiffres ne sont pas si négligeables: 1,1 % de progression en euro constant pour le premier décile, un coefficient de gini qui diminue de 5% , revenant au chiffre d’avant-crise !

et une diminution du niveau de vie dans les deux derniers déciles !!

* sans lien internet vers elle, dommage.
je le donne, moi ! http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1566

ATD quart monde en minimise la portée, j’entendais à la radio, Louis Maurin, président de l’observatoire des inégalités, dire que le recul du niveau de vie moyen faisait que les 60% s’appliquant à un revenu en baisse pouvait faire sortir mécaniquement des gens de la pauvreté, sans que leur niveau de vie propre s’accroisse.  c’est juste, mais vrai aussi dans l’autre sens, et , globalement, plus souvent: entraient dans la pauvreté avec un pouvoir d’achat en croissance des personnes dont le revenu, pourtant, progressait, mais moins vite que la médiane. C’est un sujet intéressant, qui mérite mieux qu’un propos simpliste.

En tout cas, c’est, clairement, un résultat lié à l’arrivée de l’équipe de François Hollande et Jean marc Ayrault au pouvoir, un des rares dont ils puissent être fiers !

 

 

En France, une baisse contrastée des inégalités

LE MONDE ECONOMIE | 22.09.2015 à 10h54 • Mis à jour le 22.09.2015 à 13h08 | Par Marie Charrel

Des bénévoles du Resto du Coeur au Marché de Gros de Tours, le 25 août 2015.

C’est une bonne nouvelle, même si les chiffres restent modestes. D’après l’étude de l’Insee sur « Les niveaux de vie en 2013 » publiée mardi 22 septembre, les inégalités ont un peu baissé en 2013 en France, confirmant la tendance amorcée l’année précédente. « Les inégalités entre les plus modestes et les plus aisés se réduisent », constatent les experts de l’Insee.

Pour établir ce constat, les statisticiens de l’institut ont passé en revue plusieurs indicateurs. Le premier, appelé indice de Gini, varie de 0 à 1, la valeur 1 représentant le seuil d’inégalité le plus extrême. En 2013, il s’est établi à 0,291, contre 0,305 en 2012. « Ce repli, d’une ampleur inobservée depuis 1996, efface l’augmentation de 0,013 enregistrée depuis le début de la crise, entre 2008 et 2011 », souligne l’Insee. Pour comparaison, l’indice de Gini s’élevait à 0,289 en Allemagne en 2012, selon l’OCDE, et à 0,351 au Royaume-Uni.

L’autre façon de mesurer l’inégalité est de rapporter le niveau de vie des 20 % les plus riches à celui des 20 % les plus modestes. Là aussi, le constat est le même : ce rapport a baissé de 4,6 à 4,3 entre 2012 et 2013.

Ce n’est pas tout : le taux de pauvreté monétaire, mesurant le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (60 % de la médiane des niveaux de vie), a reculé à 14 %, contre 14,3 % en 2012. Il a ainsi retrouvé son niveau de 2010. « Il s’agit surtout d’une diminution mathématique », nuance l’association ATD Quart monde, dans un communiqué. « Une baisse de 0,3 % ne peut pas se constater sur le terrain, les pauvres n’ont pas du tout vu leur situation changer. »

Le niveau de vie des 10% les plus pauvres a progressé

L’étude de l’Insee révèle également que le niveau de vie médian était de 20 000 euros annuels il y a deux ans, soit 1 667 euros nets par mois. Cela signifie que la moitié des Français affiche un revenu disponible de plus de 20 000 euros par an, tandis que l’autre moitié est au-dessous. En moyenne, ce chiffre a reculé de 0,2 % par an depuis 2008, alors qu’il avait progressé de 1,7 % par an entre 2004 et 2008.

Mais le constat est plus contrasté lorsque l’on rentre dans le détail. En effet, le niveau de vie du premier décile, qui correspond aux 10 % de Français touchant moins de 10 700 euros par an, a progressé de 1,1 % en euros constants en 2013. « C’est la première fois depuis le début de la crise qu’il augmente », souligne l’Insee. A l’inverse, le niveau de vie du neuvième décile (les 10 % percevant plus de 37 200 euros par an) a reculé de 1,8 %.

Ces tendances vont à l’encontre de celles observées au Royaume-Uni et surtout aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, les inégalités se sont en effet durement creusées depuis le choc des subprimes, le 1 % des plus aisés s’enrichissant au détriment des 99 % autres, dénonce notamment l’économiste français Thomas Piketty dans son dernier ouvrage, Le Capital au XXIe siècle (Seuil, 2013).

Hausse de la fiscalité pour les plus riches

Comment expliquer cette spécificité française ? D’abord, la part des revenus du patrimoine, comme les loyers touchés par les propriétaires ou les rentes financières telles que les intérêts et dividendes, a baissé de 11,9 % à 10,9 % du revenu disponible de l’ensemble des ménages. Or, ces revenus du patrimoine représentent plus du quart des revenus des 10 % les plus aisés.

De même, les ménages plus riches ont été les premiers concernés par la hausse de la fiscalité appliquée après l’élection de François Hollande. A l’exemple de la création d’une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu à 45 %, ou encore, du plafonnement des avantages liés au quotient familial. En 2013, les impôts représentaient ainsi 27,9 % des revenus disponibles des 10 % les plus aisés, contre 26 % un an plus tôt.

A l’inverse, la progression des revenus les plus modestes est pour l’essentiel liée à la hausse des heures travaillées sur l’année, explique l’Insee. Qui souligne également que le taux de pauvreté des chômeurs a baissé de 38,7 % à 37,3 % entre 2012 et 2013 grâce à « l’augmentation des montants des allocations-chômage perçues ». Preuve que les amortisseurs sociaux français, parfois dénoncés comme trop coûteux ou mal conçus, ne fonctionnent pas si mal.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/22/en-france-une-baisse-contrastee-des-inegalites_4766737_3234.html#YV403pDWG6TrUokP.99

 

 

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

12345...24
 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem