• Accueil
  • > la politique au quotidien

onze candidats

Posté par bifaceb le 20 mars 2017

 

Les candidats
sont maintenant là,
il va falloir décider
pour qui voter ?

j’exclus la facho, l’escroc,
le bolcho, les trostkos, les petiots
il n’y a plus d’écolo,

restent Hamon et Macron.

je demanderais bien l’aide d’un ami socialiste,
pas, plus dans le combat politique, d’un sage
mais Jospin et Delors se taisent,
les autres ne sont plus de ce monde
Mitterrand, Rocard, Mauroy, Mendès,
doivent trouver ce choix bien triste.

alors je vais passer au crible leurs deux programmes,
leurs projets, leur parcours, leur personnalité
sur les points qui me semblent fondamentaux.
je finalise ma grille d’analyse….

Entre les deux candidats je regarderai celui qui,pour le quinquennat à venir, répond au mieux aux objectifs suivants :

- moins de chômage
- moins de pauvreté
- plus de sécurité
- plus de liberté
- plus de pouvoir d’achat pour les salariés
- plus de responsabilité écologique
- moins de dépenses
- moins d’impôts
- moins de déficits
- plus de neutralité, de laïcité
- plus de proximité, de localité
- plus de qualité et d’efficacité en matière d’éducation
- plus de qualité et d’efficacité en matière de santé
- plus de qualité et d’efficacité en matière de justice
- moins de paperasseries tracasseries
- plus de lien européen
- plus d’immigrés intégrés, moins de quartiers paumés
- moins de djihadistes radicalisés, de fous meurtriers

Sur ces 18 points je demande une perspective, un projet,
un chemin, des étapes…

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

d’où viennent ils ?

Posté par bifaceb le 31 janvier 2017

 

Fillon, Hamon, Valls ont eu une honnête formation de droit ou d’histoire et n’ont effectué d’autre travail que politique !

MLP et JLM me semblent dans la même veine, lettres ou droit….

Ils sont brillants, beaux parleurs, mais semblent bien loin de la vie des citoyens

et je dois dire que cette formation floue me donne peu confiance,

quand aurons nous un candidat scientifique, ayant exercé comme ingénieur, ou médecin, et non avocat ou prof de lettres  ?

 

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

and then, Fillon…

Posté par bifaceb le 21 novembre 2016

 

Si j’avais voté aux primaires « de la droite et du centre », j’aurais choisi François Fillon.

Pourquoi ?

D’abord car je n’aime guère les superfavoris toujours un peu suspects de surfer sur le succès …

Ensuite, car le profil personnel de Fillon comporte des atouts : un homme de loyauté et de crédibilité,
sans volonté d’apparence , avec une certaine modestie, une retenue dans les mots, un comportement personnel
qui donne confiance : une femme, la même depuis 35 ans, une famille de cinq enfants, un comportement qui ne cache pas ses valeurs chrétiennes… par ailleurs, son parcours professionnel totalement politique n’est pas ce que je préfère.

De ces différents points de vue, il représente l’anti-Trump !

Originaire de province, il a certainement avec lui la « France des champs », comme, cette fois, Trump.
Il a aussi rassemblé avec lui des citoyens inquiets et exaspérés d’une forme de sectarisme des partisans du Mariage pour Tous, qui n’ont pas été tendres avec les tenants des valeurs familiales.
Son programme, c’est autre chose, il faut le regarder de près …

Quatre autres observations après ce scrutin à surprises :

  • la défaite des sondages, comme celle des éditorialistes, encore une fois !
  • la défaite de Nicolas Sarkozy, à qui les électeurs ont donné son congé …
  • la superdéfaite de Bruno le Maire et  celle, encore plus cuisante, de JF Copé
  • et encore plus, l’ampleur de la mobilisation : 4 millions d’électeurs, 10%
    du corps électoral, voilà un record que la Gauche aura du mal à battre
    (12 000 électeurs à la « primaire » EELV !) et qui donne de la force à la Droite !

 

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

Trump, Brexit, and co…

Posté par bifaceb le 10 novembre 2016

 

Le libre échangisme en question.

 

Ce qui me frappe dans l’élection de Trump, le vote du Brexit,
la montée des populismes et de Marine Le Pen,

c’est le principe de rejet de l’internationalisation,de la mondialisation, du libre-échange.

Vu du peuple, le libre échange des biens et des personnes,
ce sont des usines, des centres de service qui ferment, des emplois qui partent à l’étranger,
ce même étranger qui nous envoie à la fois ses produits sans règles ni contrôle,
et ses migrants qui, pour partie auront du mal à s’intégrer et pèseront sur notre désir de vivre ensemble, et pour une autre partie s’intégreront en prenant les emplois en acceptant des conditions de travail et de rémunération à la baisse.

Bien sûr que le peuple , nous, profitons ainsi de prix plus bas, de produits innovants,
mais nous voyons aussi les profits qui se fondent sur ce circuit long, son impact sur l’environnement,
l’idée d’anormalité,  d’indécence du système, la mauvaise conscience des méthodes de production de ce que nous consommons, alors que, dans les pays exportateurs, la richesse de quelques uns semble se tourner contre nous, que les côtés les plus cruels de ces sociétés ont du mal à respecter notre civilisation,
que nous sommes sommés de ne pas valoriser notre société, dont les élites profitent mais qu’ils rejettent tant ils craignent les idées, le progrès et  la démocratie.

 

 

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

trio d’enfer !

Posté par bifaceb le 12 septembre 2016

 

 

Je crains beaucoup une élection ou les principaux candidats seraient Hollande, Sarkozy et Le Pen,
Cela entrainerait une dispersion des voix de gauche, du centre et de droite républicaine au premier tour,

et donnerait à MLP un argument béton :
je suis l’avenir, ils sont le passé, des passés, dépassés,

les Français ne veulent pas revivre les erreurs des dix dernières années

les Français ne veulent pas avoir le choix entre revenir en 2007 ou en 2012 !

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

embrouillakini

Posté par bifaceb le 31 août 2016

 

Le Burkini a fait beaucoup parler de lui ces derniers jours.

 

D’introduction récente, il a été créé en Australie en 2004,

et n’est présent sur nos plages que depuis cet été.

Porté par des femmes dont j’ (on) ignore le motivations,

il ne correspond pas à notre vision de la vie en société,

qui considère que les vêtements sur la plage doivent être  légers,

doivent permettre de facilement se baigner,

et représente une forme d’oppression des femmes, obligées de cacher leur corps

pour éviter le regard des hommes, ou montrer leur religiosité.

Pour autant, est il possible de l’interdire sur les plages ?

Dans l’état actuel du droit, clairement non.

Il faudrait légiférer et déclarer les plages « zones de discrétion »,

ce qui ne serait pas si absurde: personne n’a envie de manifester sur les plages !

Serait il pour autant légitime d’interdire le burkini ,

comme étant un facteur de trouble de l’ordre public ?

Je n’en suis pas certain, c’est un simple vetement de bain.

Pourtant, je crains la suite, le regroupement des burkinistes,

la demande de plages réservées, pour des raisons de pudeur bien sûr,

le conflit dans les regards ou les propos entre burkinistes et bikinistes…

 

La dissuasion plus qu’une interdiction

est

la vraie solution, bien difficile à mettre en œuvre.

 

 

Publié dans culture, économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

sortie négociée, apaisée

Posté par bifaceb le 30 juin 2016


Les Britanniques ont demandé à sortir, pour de bonnes ou de mauvaises raisons.
Je pense que la discussion sur les modalités ne devrait pas être si compliquée : nous avons déjà de multiples exemples de pays européens associés étroitement à l’Union Européenne sans en être membres : Suisse, Norvège, Islande, Turquie…En mélangeant habilement ces situations on doit pouvoir trouver pour nos voisins et amis anglais un « bouquet de liens » adapté.
Sauf si on cherche à les punir pour dissuader les peuples qui voudraient s’en inspirer. Ce serait un jeu dangereux, et inacceptable !
C’est pourtant ce qui transparait de certaines déclarations : M. Juncker ferait mieux de faire profil bas dans cette affaire !

C’est bien sa Commission qui, il y a deux semaines, a attaqué la décision de la France et l’Allemagne de payer au SMIC les chauffeurs étrangers dès leur entrée dans le pays !

Alors, au travail la Commission pour nous proposer autre chose :
Le projet d’une Union Européenne leader du progrès économique, social, environnemental, ouverte à a diversité et consciente de sa fragilité,
démocratique, dans laquelle les peuples se sentent écoutés en tant que citoyen, travailleur, acteur local, où le bonheur des individus prime !

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

paris en sens interdit

Posté par bifaceb le 22 juin 2016

La préfecture de police interdit la manif de demain …
n’aurait il pas été plus raisonnable
de demander aux organisations syndicales
d’être responsables ?

et de proposer un itinéraire facile à compter, et difficile à casser ?
le périphérique, sur une partie en dessous du voisinage …

ou la voie sur berges, rive gauche, ou droite, au choix !
les casseurs seraient faciles à controler à l’entrée !

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

la CPI prend son temps

Posté par bifaceb le 1 février 2016

 

 

J’entends  que le procès de Laurent Gbagbo pourrait durer plusieurs années.

Voilà qui donne à penser que cette cour a pour but de se donner du travail et se faire plaisir !

J’ai du mal à comprendre qu’il faille tant de témoins pour juger équitablement,

j’ai l’impression qu’un procès ne devrait pas durer plus de deux ou trois semaines,

pour avoir cette unité de temps, de lieu, d’action, qui fait l’intensité et la vérité du moment !

Le procès de Nuremberg a duré 10 mois, pour 24 accusés du pire massacre du XX ème siècle.

Publié dans la politique au quotidien, misc | Pas de Commentaire »

heures et bonheurs des entrepreneurs

Posté par bifaceb le 26 janvier 2016

« La vie d’un entrepreneur est souvent bien plus dure que celle d’un salarié.
Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties»,
c’est la phrase d’Emmanuel Macron  mercredi dernier.

Cette comparaison a t elle vraiment un sens ?

Ce qui est important n’est-il pas la qualité de la vie au travail, plutôt que la quantité de travail ?

Et de ce point de vue sociologique : (in)satisfaction au travail,
je ne suis pas certain que le salarié soit mieux loti :
je connais plus de chefs d’entreprise, certains n’ayant pas de craintes pour leur fin de mois,
qui aiment à prolonger leur job, que de salariés refusant leur retraite.
Et d’un point de vue plus économique, c’est l’ espérance bénéfices/couts qu’il faut comparer,
et l’espérance de gain est plus forte chez l’entrepreneur, au sens statistique comme au sens psychologique.

Encore une phrase pour se faire de la pub, « faire le buzz », pour parler branché.

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

12345...19
 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem