• Accueil
  • > la politique au quotidien

La retraite à 60 ans en 1983

Posté par bifaceb le 28 octobre 2011

Hier soir les 35 h ont, dans la bouche du Président, disputé à la retraite à 60 ans le rôle de crochet à gauche…
Rappelons qu’en 1993, Nicolas Sarkozy affirmait avoir « voté la retraite à 60 ans » , qu’en 2007, avant et après l’élection, il disait ne pas vouloir toucher à cette règle ( parce qu’il n’avait pas de mandat pour cela), qu’il déclarait avec assurance en 2007 que les retraites étaient financées jusqu’en 2020, alors qu’il a dit hier que 10% ne l’était pas , ce qui semble étrange pour un ancien ministre des finances …

Mais alors, en 1982, fallait il faire cette réforme de diminution de l’âge de la retraite, tant décriée aujourd’hui ?
En 1983, dans le régime général l’âge légal était à 65 ans (avec déjà pas mal d’exceptions), l’espérance de vie était inférieure à 75 ans, et la durée de cotisations était à 37,5 annuités…
Une situation particulièrement injuste: on pouvait travailler dès 14 ans et être donc obligé de travailler jusqu’à 65 ans, durant 51 ans, accumulant 51 annuités, 13 de plus que ceux qui avaient commencé à cotiser plus tard, et bénéficier de sa retraite durant moins de 10 ans, nettement moins, car cette situation était celle de gens dont l’espérance de vie était en dessous de la moyenne.
Il était donc logique, juste, de baisser cet âge légal de 65 à 60 ans.
Mais on aurait pu, du, en contrepartie, indexer en même temps la durée de cotisations sur l’espérance de vie, par exemple avec un partage de l’augmentation de l’espérance de vie à 60 ans entre travail et retraite…
Un calcul « de coin de table », montre qu’avec une augmentation « douce » des durées de cotisation : 1 trimestre tous les deux ans, on serait aujourd’hui alors approximativement dans les conditions de départ en retraite de la loi Fillon de 2003, (sur 30 ans, depuis 83, avec un trimestre de plus tous les 2ans, 8 trimestres, cela fait +4, 5 ans  soit 42 ans dès 2013 alors qu’aujourd’hui ils sont en perspective 2020), avec beaucoup moins de soubresauts, et une CNAV mieux financée…

 

Publié dans économie politique société démographie, la politique au quotidien | 2 Commentaires »

Nuit d’angoisse ou d’espoir

Posté par bifaceb le 27 octobre 2011

Accord européen au petit matin: Les banques doivent passer en pertes la moitié de la dette grecque, elles doivent trouver de nouvelles ressources,  être « recapitalisées »…et  les valeurs bancaires s’envolent  de plus de 20% !  la Bourse prend 6%, sans plus de lien avecle  monde réel, que quand elle en perdait autant en un jour au mois d’Août…

J’adore les marchés et leur irrationalité…

Si j’avais le temps, je ferais un bêtisier depuis fin Juillet, juste après le dernier accord européen « historique », des CAC-variations inopinées,  des prévisions inexactes,  des explications  démenties le lendemain …

J’espère que tout ce chaos de casino ne porte pas trop au ko, mais n’ose le croire tout à fait…

Publié dans la politique au quotidien, misc | Pas de Commentaire »

un bon dimanche de retrouvailles

Posté par bifaceb le 18 octobre 2011

Dimanche dernier , j’ai constaté, dans mon bureau de vote, un petit air « festif » du peuple de gauche qui se retrouve, de gens dont on ne connaissait pas les opinions politiques qu’on y croise (« tiens, vous aussi ? » ), et, avec la belle fin d’après midi :              soleil chaleureux et votants nombreux, on avait envie de sortir tables et bouteilles,        et de prendre l’apéro en discutant dehors, en refaisant le monde, et en préparant les échéances de 2012, voire 2014…

Le résultat de la soirée, donnant une victoire nette et honnête, sans ambiguité ni humiliation, des déclarations  responsables et des images d’unité et d’espoir fut le complément naturel et la récompense espérée …

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

Gauche molle ou gauche folle ? Gauche dure ou gauche qui dure ?

Posté par bifaceb le 12 octobre 2011

Projet flou, projet fou, ou projet filou ?

Gauche de débat ou de combat ?

Tout cela cogite chez moi avec tracas,

agite nos têtes, nos échanges, nos choix…

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

Des primaires, un tour de trop ?

Posté par bifaceb le 10 octobre 2011

Et dimanche prochain, il faudra recommencer ?
Tout à fait franchement, on pourrait s’en passer,
Eviter la semaine de tous les dangers
En particulier lors du débat télévisé …

Ce premier tour des « primaires » a été une réussite reconnue…
Du débat, pas d’éclats…une équipe qui s’est montrée diverse et soudée,

Il vaudrait mieux garder en main ces deux atouts que sont Aubry et Hollande,
l’une qui voudrait réformer plus vite, marquer des avancées de suite,
l’autre qui a comme objectif de durer, de gagner plusieurs fois…

Nous avons le temps de désigner, in fine,
notre candidat en fonction de la stratégie de la droite…
gardons nous de nous priver de notre diversité !

Dimanche, j’irai voter pour les deux, mon vote sera annulé,
mais je serai au clair avec mes idées !

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

Des premières primaires « ouvertes », « citoyennes »…

Posté par bifaceb le 10 octobre 2011

1-  D’abord ces « primaires »  montrent combien  la volonté du Général de Gaulle d’une élection du Président de la République au suffrage universel est devenue l’acte majeur de la vie politique.

Son aspect « combat singulier », « duel », voire « concours d’egos», poussé par le feu médiatique, structure le paysage, chacun attendant cette élection, s’y préparant, les médias faisant de tout le reste un compte à rebours, oubliant parfois que les législatives représentent un pouvoir au moins du même ordre. L’équation : un homme, une femme, le peuple, et le médiatique plus que le politique comme intermédiaire est reprise et amplifiée dans cette démarche d’élections primaires.

2-   La préparation de cette élection a été une réussite : un nombre raisonnable de candidats , représentant des tendances différentes, des « historiques » et la génération montante, une ouverture au Parti Radical, des propos , des débats de bonne tenue évitant les deux écueils symétriques d’être trop ternes, ou trop vifs…

3-   Une « prouesse technique » dans l’organisation : communication,  listes d’électeurs, bureaux de vote, centralisation des résultats: le PS a su faire lui-même ce que la puissance publique réalise normalement, sans accroc important, sans soupçon sur le résultat.

4-   Une bonne participation : 17 millions d’électeurs pour SR en 2007, un peu plus d’inscrits aujourd’hui sur les listes électorales, un potentiel de votants à gauche sans doute de l’ordre de 18 à 19 millions d’électeurs : plus de 10% se sont déplacés en dépit de conditions d’accès parfois difficiles, des craintes de « fichage », de l’absence de procurations nécessitant de voter en personne…

Ont voté des sympathisants PS , des personnes convaincues que c’était là un bon moyen de dire leur détermination à battre NS, la droite, en 2012, certainement des verts, qui ont des proximités idéologiques avec le PS, moins sans doute des communistes ou extrême gauche, peu habitués dans leurs partis à s’exprimer dans un vote direct, et à choisir leurs représentants. Des centristes, MODEM, peut-être… il y aura sans doute des études là-dessus

J’ai l’impression que les électeurs de droite ne se sont pas déplacés : outre le caractère malsain, mensonger, d’une telle démarche, les scores faibles de Baylet, Valls, Royal, les candidats qu’ils disaient choisir, montrent qu’il n’ya pas eu d’influence  d’un « vote de droite ».

5-   Le résultat est intéressant : l’axe « légitimiste », « réformiste », et, il me semble, « social démocrate » des deux derniers PS du PS recueille 70% des votes, les 17% de Montebourg se partageant peut-être entre l’attractivité de sa personnalité : jeune et brillant avocat, son concept de lutte contre les dégâts et les excès de la mondialisation à travers son concept de « démondialisation » , sa réputation d’ « incorruptible » en pointe contre les affaires peu propres, y compris au sein du PS, son idée d’une Sixième République, qui fait rêver par opposition aux inconvénients de la Cinquième.

Le mauvais score de Ségolène Royal est  dur, un peu injuste : elle a beaucoup apporté au débat, fait progresser des réflexions et des idées, mais avec ses déclarations maladroites, des propos parfois démago, elle n’a jamais pu montrer sa crédibilité, prouver sa fiabilité, qualités cruciales pour cette fonction, d’autant plus en ces temps troublés…

Valls a fait progresser sa notoriété et ses idées , il devra patienter, progresser, passer par d’autres fonctions (la mairie de Paris, l’Ile de France ?) avant de revenir dans cette compétition.

JM Baylet a fait un faible score, je ne suis pas certain qu’il espérait vraiment mieux, mais sa voix a certainement gagné en potentiel médiatique, ce qui doit lui importer, et ila été utile au débat.

6-   C’est à la fin, à la faculté de ce système de désigner un vainqueur clair, crédible, à la capacité  de celui-ci de rassembler autour de lui, de se servir de l’élan créé, de cette équipe constituée devant les français pour gagner en 2012 que pourra être jugé le succès de cette première « primaire », que seront naturellement  contrées les critiques du camp d’en face.

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

Ségolène et Lionel, même combat … ?

Posté par bifaceb le 28 septembre 2011

J’ai de plus en plus l’impression qu’il arrive en 2011 à Ségolène Royal

ce qui était arrivé à Lionel Jospin en 2002…

Apres une première campagne où la réussite semblait facile, inattendue, quasi inespérée: 1995 pour l’un, 2007 pour l’autre, ils se sentent mûrs, mieux armés pour la seconde,  prêts pour la réussite qu’ils avaient manqué de si près.

Et pourtant, cette fois « ça ne prend pas », un Chevénement ou un Montebourg viennent perturber la compétition…l’opinion ne retrouve plus la nouveauté, la fraîcheur, et va ailleurs…

Curieux lorsqu’on sait combien ces deux là sont dissemblables et s’apprécient peu !!

Et une autre observation: aucun Président de la cinquième n’a été élu à sa deuxième candidature, trois l’ont été à leur première (Pompidou, Giscard, Sarko), deux l’ont été au bout de trois fois : Mitterrand et Chirac après avoir créé  »leur » parti et l’avoir longuement dirigé.

Peut-être y a t il une « prime aux bizuths  » de la part des électeurs, des français ?

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

Le Sénat passe à gauche !

Posté par bifaceb le 27 septembre 2011

Voilà une nouvelle qui réjouit tous ceux qui trouvaient son mode de scrutin une anomalie démocratique, tous les vrais démocrates, comme en 1981 l’élection d’un premier président de gauche avait montré que la constitution de 1958 pouvait ne pas être un « coup d’état permanent ».

Que fera la gauche de cette victoire ? Quels projets pourra t-elle initier depuis la « chambre haute » ?

J’espère qu’elle en profitera pour revoir le mode de scrutin, le  fonctionnement entre les chambres, pour faire de sacrées économies dans son fonctionnement…

Un mot sur le « futur président » …Jean Pierre Bel. Relativement peu connu, il n’a jamais été ministre, son CV sur le site du Sénat comme sur Wikipedia est très succinct… On ne sait pas quel travail il a pu faire avant d’être politique à temps plein, quel critère, compétence, l’amène là où il sera sans doute demain,  sinon sa rencontre avec Lionel Jospin…

Pour la fonction, la personne qui remplacerait le Chef de l’Etat en cas d’empêchement, cela me semble un peu léger…je trouve que ce n’est pas très sérieux de la part du Parti Socialiste qui comporte assez de parlementaires brillants, reconnus, pour en promouvoir un qui fasse autorité et donne espoir…

 Trop de people est nocif, trop d’apparitchiks montant dans l’appareil,  bétonnant leur position après un long parcours de cour (tisan)  ne donne pas aux Français ni vraiment envie, ni tout à fait confiance, ….

Publié dans la politique au quotidien | 1 Commentaire »

NOT WITH MY MONEY

Posté par bifaceb le 24 septembre 2011

Nos malheurs viennent de vils spéculateurs, semble t il… Mais ces rustres, ces gueux, ces vilains, qui sont ils ? Des  banques, des « institutions financières », des « opérateurs de marché », Tout ça c’est quoi ? Des gens qui prêtent avec des taux à deux chiffres à la Grèce, qui parient sur le défaut de paiement, qui vent à découvert des actions  pour racheter à la baisse… Mais avec quel argent ? Le mien, mes économies en assurance vie, mes SICAV, mon plan épargne logement même? Ah non, je refuse !  Mes sous sont là bas pour faire du 3% à 4% l’an, un peu plus que l’inflation, pour prêter aux entreprises et aux ménages qui investissent, pas pour spéculer et déclencher crise et surcrise… Comment puis- je l’empêcher ? D’abord en mettant tout sur du livret A ou B, CODEVI, Développement Durable, etc… je ne suis pas même pas certain que cela suffise à garantir la bonne destination de mon épargne : les commissaires aux comptes le vérifient ils pour moi ?

 

 Sinon… un Glass-Steagall Act en France ou en Eurozone, un régime qui a  permis une bonne stabilité aux USA pendant 60 ans, mais il semble que nos banques y soient très réticentes, qu’elles craignent pour la stabilité de leur partie spéculative, qu’elles veulent mêler les rentabilités et les risques… Moi-même, je pourrais créer un fonds de soutien à la Grèce, en expliquant que si un dixième des ménages européens y déposent 1000 euros, nous sauvons le pays, l’Europe, l’Euro,  et le monde !,  des fonds que nous pourrions prêter à 5% aux Grecs, simplement sans passer par des acrobaties financières…mais je n’en ai pas le droit, et sans doute pas la capacité opérationnelle. 

Par contre, je peux demander des comptes à ma banque, je veux savoir si mon épargne a été utilisée de manière spéculative, et je le lui  demanderai par un courrier direct… si nous sommes nombreux cela peut être un élément ayant un impact sur nos établissements et leur comportement…

 Ségolène Royal avait peut être raison de demander à connaître la liste des banques ayant spéculé depuis quelques mois contre les monnaies européennes, finalement ! 

Publié dans la politique au quotidien | 4 Commentaires »

DSK à la Télé…un inapproprié étudié

Posté par bifaceb le 19 septembre 2011

 

Tous l’ont observé,

les mots choisis par DSK l’ont été avec un soin ciselé,

avec une précision « millimétrée ».

 Il faut dire qu’il a eu le temps de se préparer !

 Je ne l’ai pas regardée, je me suis contenté d’extraits en différé, des mots clés : légèreté, comportement inapproprié..

.Mais il n’a pas été jusqu’au plus difficile : s’excuser.

 « Inapproprié », revenons y, c’est d’abord un anglicisme, « inappropriate », qui comporte clairement une dimension sexuelle : un geste, un mot, « inappropriate », seraient plutôt en français : « incorrect », au sens du « Monsieur, restez correct », traduit plus familièrement par malappris, ou, plus simplement et crument, goujat ! 

« Monsieur DSK, vous êtes un goujat »,  j’imagine qu’il a du l’entendre plus d’une fois  puisqu’il a reconnu un comportement « inadéquat »… 

Cet « inapproprié », ainsi approprié, dévoyé, employé hors son sens normal m’a semblé un mot-diversion, comme le fameux « abracadabrantesque » de Chirac sur les juges instruisant les « Affaires » de la Mairie de Paris. Souhaitons aux juges de DSK d’aller plus vite, demandons lui de se taire désormais sur ces affaires, au moins jusqu’à son, ses procès, s’ils ont lieu, et de garder un peu plus de contrition sur l’épisode du mois de mai ! 

Publié dans la politique au quotidien | Pas de Commentaire »

1...1516171819
 

Racisme Anti Kabyles |
alfredsylvens |
Marie Anne Isler Senatorial... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | libre pensée
| le rôle de la France dans l...
| athmanebessalem